Categories

Accueil > Articles : J’ai lu, j’ai vu > 2005 > Alfred Stieglitz (1864-1946) autour du don de la Fondation Georgia (...)

2 janvier 2005
Didier Gualeni

Alfred Stieglitz (1864-1946) autour du don de la Fondation Georgia O’Keeffe

En 2003, la Fondation Georgia O’Keeffe a fait don au musée d’Orsay de vingt-deux épreuves d’Alfred Steiglitz. Georgia O’Keeffe était la femme du photographe Alfred Steiglitz. Ces images viennent compléter une série d’héliogravures de Steiglitz publiées dans la revue Camera Work et qui fut offerte au musée en 1981 par Minda de Grunzburg.

Alfred Stieglitz est le créateur de la galerie 291 dans la 5e Avenue Il fit connaître l’art européen d’avant-garde avec des artistes comme Matisse, Picasso, Brancusi, Picabia, qu’il exposa de 1908 à 1915. Il a également exposé des artistes américains dont Georgia O’Keeffe, sa femme, qui était peintre.

Georgia O’Keeffe, 1918, Épreuve au gélatino-bromure d’argent
© Alfred Stieglitz - Musée d’Orsay - Don de la Fondation Georgia O’Keeffe
The Steerage, 1907, photogravure sur papier japon
© Alfred Stieglitz - Musée d’Orsay - Don de la Fondation Georgia O’Keeffe
Equivalent, 1925, épreuve au gélatino-bromure d’argent
© Alfred Stieglitz - Musée d’Orsay - Don de la Fondation Georgia O’Keeffe

Alfred Stieglitz est né en 1864, ses parents sont des émigrés allemands et il passe son enfance à New York. En 1882, son père vend l’entreprise familiale de confection et retourne vivre en Europe avec sa famille. Le jeune Alfred va poursuivre des études d’ingénieur à Berlin et se passionne pour la photographie dès 1883. Il va alors suivre des cours de chimie pour en connaître les aspects techniques.
Steiglitz participe au développement du mouvement pictorialiste, qui trouve son origine en Angleterre. L’objectif est de faire reconnaître la photographie comme art. Cette photographie emprunte à la peinture ses cadrages et ses compositions. Il participe à des expositions et des concours et remporte de nombreux prix en Europe.
En 1890, il s’installe à New York et photographie par tous les temps la vie urbaine, les bâtiments. En 1902 il fonde le groupe, Photo-Secession avec Clarence White, Gertrude Käsebier et Edward Steichen. Pour diffuser les photos du groupe il fonde la revue Camera Work en 1903.
C’est en 1916 qu’il fait la connaissance de Georgia O’Keeffe. Inspiré par les sculptures de Rodin, il réalisera un portrait fragmenté de sa femme jusqu’en 1937, en photographiant des parties de son corps en gros plan. En 1923, sa mère décède et sa fille unique sombre dans la folie. Il passe alors plusieurs années à photographier le ciel et ses nuages ainsi que des arbres dans sa propriété de Lake George.
Il entreprend une nouvelle série en 1927 : les gratte-ciel de New York, pris depuis sa chambre de l’hôtel Shelton, le plus haut immeuble de New York à l’époque.
Il cesse de photographier en 1937 pour des raisons de santé et décède en 1946. Il n’a conservé que ses meilleures photos ne laissant qu’environ 1600 épreuves et détruisant le reste ce qui est peu pour une activité de quarante ans de photographie.

Publication

Alfred Stieglitz par Françoise Heilbrun
Coédition Musée d’Orsay, Editions des 5 Continents en français, anglais, italien
10 euros

En savoir plus

Informations pratiques

Jusqu’au 16 janvier 2005
Musée d’Orsay
1, rue de la Légion d’Honneur
75007 Paris
Métro : Solférino
Entrée : 7 euros (plein tarif), 5 euros (tarif réduit et le dimanche)
Ouvert tous les jours de 10h à 18h, les dimanches de 9h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h 45, sauf les lundis

Commentaires

Répondre à cet article