Categories

Accueil > Articles : J’ai lu, j’ai vu > 2004 > « Les fils » d’Atget à la fondation Henri Cartier-Bresson

9 septembre 2004
Didier Gualeni

« Les fils » d’Atget à la fondation Henri Cartier-Bresson

Documentary and anti-graphic photographs. Reconstitution de l’exposition de 1935 à la galerie Julien Levy de New York.

L’idée de cette exposition, repose sur un concept original, qui consiste à reconstituer une exposition qui a eu lieue il y a presque 70 ans. Cette idée est née d’un hasard, plus précisément d’un carton d’invitation intrigant, retrouvé dans les archives d’Henri Cartier-Bresson par Agnès Sire (directrice de la fondation). Un carton blanc tirant sur le gris, qui révèle un visage composé de deux yeux, un nez et une bouche, formés par des textes. Les textes annoncent une exposition intitulée « Documentary and antigraphic photographs ». Trois noms de photographes forment les yeux, ils sont de nos jours considérés comme des géants de la photographie :
Manuel Âlvarez Bravo (mexicain)
Henri Cartier-Bresson (français)
Walker Evans (américain)

© Manuel Alvares Bravo

Aucune liste, aucun catalogue ne permettait de savoir quelles images avaient été exposées du 27 avril au 7 mai 1935 dans la galerie de Julien Levy.
S’engage alors une enquête minutieuse, qui va permettre de retrouver dans les archives d’Henri Cartier-Bresson, cachée entre deux pages d’une revue, la liste des photos présentées lors de cette exposition. La femme de Manuel Âlvarez Bravo, va fournir de son coté la liste des images de son mari. II faudra rechercher dans la correspondance de Walker Evans des éléments qui permettront par déduction, d’arrêter une série de photos réalisée à son retour de Cuba. Agnès Sire va rechercher les tirages estampillées « Levy » dans les collections publiques et privées ainsi que dans les archives des photographes. Elle mettra un an pour reconstituer presque à l’identique (certaines images identifiées n’ont pas été retrouvées) l’ensemble de l’exposition de 1935.

© Fondation Henri Cartier-Bresson

Julien Levy (1906-1981) fut un galeriste inspiré. Il organisa en 1932 la première exposition surréaliste à New York et révéla Max Ernst, Giacometti, Duchamp, Frida Kahlo ou Magritte. Julien Levy a écrit dans ses mémoires : « Quand j’ai ouvert ma galerie, l’un de mes objectifs principaux était de promouvoir la photographie ». II relève le défi de faire reconnaître la photographie comme un art.

© Fondation Henri Cartier-Bresson

Pour mémoire c’est lui qui acheta pour 1000 dollars, 50 % des droits sur les images d’Eugène Atget dont Berenice Abbott avait fait l’acquisition en 1928. En 1931, Julien Levy est le premier à exposer Atget aux Etats-Unis. Eugène Atget, qui arpenté les rues de Paris, capturé avec son objectif, des cours d’immeubles, des rues, des vitrines des magasins, des mannequins, des enseignes, des gens. Atget « Le pionnier » est une référence pour les trois jeunes photographes. Quand John Szarkowski dresse la liste des « descendants » d’Atget y figurent Berenice Abbott, Walker Evans, Brassaï, André Kertész, Henri Cartier-Bresson et Manuel Âlvarez Bravo. L’ombre d’Atget est bien présente dans cette exposition ou trois de ces « fils » sont réunis.

© Walker Ewans

Julien Levy présente en 1933 la première exposition d’Henri Cartier-Bresson avec le titre étrange d’« anti-graphic photographs ». Dans l’introduction à cette exposition il définissait l’approche photographique de Cartier-Bresson comme « anti-graphique » par opposition à la photographie comme « art graphique ». Il voulait montrer des photos brutes, des instantanés, la vie de la rue avec ses passants, des clochards, des bordels, en opposition aux images aseptisées.

Cette exposition historique rassemble l’œuvre de jeunesse de trois grands maîtres de la photographie avec des images essentielles et parfois méconnues. Elle est composée d’environ trente photos de chaque auteur, prises avant avril 1935. Pour la plupart d’entre elles, les tirages ont été réalisés directement par les photographes. On remarquera que les tirages d’exposition de l’époque étaient de petites tailles. II s’agit le plus souvent des formats 18 x 24.

Un catalogue bilingue a été publié à l’occasion de cette exposition (voir l’article publié sur notre rubrique Livre)
Titre : Documentary and anti-graphic photographs
Reconstitution de l’exposition de 1935 à la galerie Julien Levy, New York
Manuel Álvarez Bravo
Henri Cartier-Bresson
Walker Evans
Editeur : Steidl
Nombre de pages : 164 environ
Prix : 25 euros

En coproduction avec le musée de l’Elysée, Lausanne et dans le cadre du mois de la photo à Paris

En savoir plus

Fondation Henri Cartier-Bresson,
2, impasse Lebouis, 75014 Paris
http://www.henricartierbresson.org

Commentaires

Répondre à cet article