www.gualeni.com

Les patriarches

lundi 20 novembre 2006Didier Gualeni

La couverture et le titre de ce livre sont assez énigmatiques. « Les patriarches » s’affiche en lettres orange sur une photo noir et blanc d’un arbre mort. Un arbre très particulier, un pin Bristlecone qui a plusieurs milliers d’années !

Vous avez bien lu, à plus de 5000 mètres d’altitude en Californie, dans une zone aride et désertique poussent les arbres les plus anciens de notre planète. Dans le début des années cinquante, Edmund Shulman, un spécialiste de la dendrochronologie a découvert un pin Bristlecone de 3000 ans. Cette science permet de dater des modifications climatiques à partir de la croissance des arbres. En 1957 il a procédé à d’autres prélèvements et a trouvé un spécimen de 4723 années. Il l’a dénommé Mathusalem, en souvenir de l’un des patriarches de la bible qui aurait vécu 969 années... C’est ainsi que le pin Bristlecone a fait son entrée dans le monde des records en devenant la plus vielle espèce vivante sur terre.
A vrai dire ces arbres affrontent le froid et le vent depuis des millénaires et ils ressemblent plutôt à des arbre morts. Leur instinct de survie, c’est bien là leur spécialité, leur permet de développer des branches en dehors des zones atrophiées et desséchées, on les croit mort mais il n’en est rien.

Christophe d’Yvoire n’a pas hésité à revenir plusieurs fois sur ce lieu magique avec son Hasselblad pour photographier ces arbres sous tous les angles. La qualité des images permet de voir les circonvolutions du bois poncé par le temps, déchiré par le gel, brûlé par la foudre. Il n’y a que trois mois sur douze où la température n’atteint pas les moins trente degrés. Aussi, l’arbre n’a que trois mois par an pour se développer. Ce rythme de croissance et les très basses températures sont le secret de sa longévité. Il faut dire que dans ces conditions le pin Bristlecone n’a pas de prédateur. Certains ont un coté majestueux avec leurs branches décharnées vrillant vers le ciel pur, d’autres arbres terrassés, s’entassent sur le sol dans le plus grand désordre. Le noir et blanc qu’a choisi Christophe d’Yvoire leur va bien, l’objectif va fouiller dans la matière et en ressort des visages grotesques, des sillons, des cyclones, l’empreinte du temps. Leur age et les conditions dans lesquelles ces arbres continuent d’évoluer forcent le respect. On sort de ce livre abasourdi car il ne s’agit ni d’un conte ni d’une légende, il y a des espèces qui traversent les siècles.



Les patriarches
Seuil (Editeur)
Christophe d’yvoire (Photographe)
Jean-Paul Dubois (préface)
Relié : 126 pages, 69 photographies en noir et blanc
Date de sortie : 12 octobre 2006
ISBN : 2020902826
Dimensions (en cm) : 30 x 2 x 30
Prix : 40 euros

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)