Categories

Accueil > Articles : J’ai lu, j’ai vu > 2006 > Shadow Chamber de Roger Ballen

3 mars 2006
Didier Gualeni

Shadow Chamber de Roger Ballen

Dans les années 80, Roger Ballen a rapporté de ses pérégrinations en Afrique du Sud profonde des portraits d’une population blanche vivant dans la pauvreté et dans l’isolement. Pour la plupart, ces personnes semblent anormales, comme victimes de consanguinité ou marquées par le destin. Reconnu sur la scène internationale, Roger Ballen a à son actif quatre livres. De façon évidente, on constate que son travail a débuté avec une photographie sociale, quasi ethnologique pour évoluer vers une photographie conceptuelle, voire abstraite. Dans Dorps (1986), il a photographié des petites villes d’Afrique du Sud, dans Platteland (1994) il nous fait découvrir une vision rurale de l’Afrique du Sud. C’est à partir de Outland (2001) que son style change radicalement, il met alors en scène cette population blanche et pauvre dans des tableaux de sa composition, qui annoncent ses travaux plus récents, regroupés dans Shadow Chamber (2005).

La grande difficulté avec les images de Shadow Chamber, est de leur trouver un sens car en les regardant au fil des pages, on est saisi par leur aspect déroutant et hermétique. Ces photos semblent être l’expression d’une angoisse, d’un dérangement, d’un délire éveillé. Roger Ballen a vécu dès son enfance dans le milieu de la photographie car sa mère était éditeur chez Magnum à New York. Il a par ailleurs fait des études universitaires de psychologie ce qui l’a rompu aux différents registres de la communication. Son itinéraire professionnel l’a conduit à créer un cabinet de géologie en Afrique du Sud et il doit être incollable sur les stratifications qui composent le sous-sol, le sol et les montagnes de cette partie de l’Afrique.

Puppies in fishtanks, 2000
© Roger Ballen

Quand on analyse ses photos, on remarque qu’elles rassemblent le plus souvent les éléments humain, animal, végétal et minéral. Dans ses compositions Roger Ballen tente de recomposer ce qui entoure l’homme dans un monde qui lui est propre. Cet univers est composé de matériaux pauvres, comme des boites en carton, des portemanteaux en fil de fer, des dessins enfantins. Il aime focaliser le regard sur la tête du personnage qui compose le tableau, cette dernière peut être posée là, comme sur un plateau, cachée derrière un masque, enfermée dans une boite, rentrée dans un maillot comme si elle était inexistante. Les murs qui servent de toile de fond à ses mises en scène sont le plus souvent tachés ou recouverts de graffitis naïfs. On a beau chercher dans ces images des jalons qui nous conduiraient vers des symboles liés à notre culture mais nous n’en trouvons pas.

Ce type d’expression est-il unique dans la photographie contemporaine ? Non, il y a, à peine un an, la BNF organisait sur le site Richelieu, une rétrospective Giacomelli. A cette occasion les éditions Phaïdon rééditaient une monographie de ce photographe italien atypique. On retrouve dans ce livre une série d’images de Giacomelli avec la même ambiance et les mêmes éléments de composition. A la suite d’une opération et sous l’effet de l’anesthésie Giacomelli a eu des visions, il en a profité pour compléter une série commencée en 1998, intitulée « Souvenirs d’un garçon né en 1925 ». On y retrouve dans une ferme à l’abandon des masques, des animaux vivants et empaillés, des fils de fer qui décorent des murs et le photographe qui se met en scène. Si les démarches de Roger Ballen et de Giacomelli sont différentes, la gêne que l’on éprouve à regarder ces images est du même ordre car c’est à un désordre mental qu’il nous renvoie. Shadow Chamber nous plonge dans une folie où la mort semble roder : baigneur crucifié qui trône au-dessus d’un enfant qui dort, cochonnet pendu à une ficelle, chien qui garde le corps d’un être humain recouvert d’une couverture sombre... Le travail de Roger Ballen a évolué vers un art brut. Pour prendre la mesure de l’ensemble de son œuvre, il faut visiter l’exposition que la BNF organise jusqu’au 21 mai 2006.

Le site internet de Roger Ballen

Livre en version anglaise.

En savoir plus


Phaïdon (Editeur)
Roger ballen (Photographe)
Parution : 5 octobre 2005
128 pages
Relié
ISBN 0714844667
Dimensions (en cm) : 30 x 2 x 28
Prix : 59,95 euros

Commentaires

Répondre à cet article