Sur les pas des colporteurs des jasseries des Supeyres - Puy de Dôme

Publié le

Soufflées par le vent et gelées par les neiges, les Hautes Chaumes renaissent, chaque année au printemps. Le soleil brûle les pâturages ; les fleurs, le ciel et les arbres dressent un tableau multicolore. C’est dans ce cadre bucolique que la randonnée du « Colporteur des jasseries » démarre, à 1.365 mètres d’altitude, au col des Supeyres (Valcivières). Au cours de cette balade, les points de vue sont grandioses. Sur la signalisation en lave émaillée qui jalonne le parcours, c’est le colporteur qui parle aux randonneurs. Il raconte qu’avant, les paysans des vallées, du côté de la Loire comme du Puy-de-Dôme, montaient sur ces massifs avec leurs animaux, de mai à la Toussaint. L’été, seules les femmes et les enfants restaient sur les hauteurs, gardaient les vaches, fabriquaient des fourmes et des chapelets. Les hommes redescendaient pour les fenaisons et les moissons. Mais pas tous : avec sa hotte sur le dos, le colporteur, sorte de vendeur ambulant, frappait de jasseries en jasseries – ces maisons du Forez – proposer des bougies, des draps, des rubans… Source : La Montagne

<p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p> <p>(c) Didier Gualeni</p>